Les katas

Dans les arts martiaux japonais le Kata est un terme japonais désignant une forme.
Il s’agit de mouvements codifiés à partir de l’expérience de combattants dont les noms ont été perdus. Les katas sont par la suite devenus des outils de transmission de techniques, mais aussi de principes, de combat.

Le mot kata a trois sens principaux en japonais. À chaque sens correspond un kanji pouvant être employé pour écrire ce mot :

Façon : ?. Ce caractère a les sens de “manière”, “orientation”, “direction”. Il peut aussi signifier “personne” en style soutenu.
Forme : ? étymologiquement « tracer avec le pinceau une ressemblance exacte »
Moule : ? étymologiquement « forme originale faite en terre ». Cet idéogramme a également le sens de trace laissée, forme idéale, loi, habitude.

Dans ses deux dernières graphies, le mot kata évoque donc à la fois l’image d’une forme idéale à reproduire ainsi que la fixation et la transmission de connaissances ayant pour base une gestuelle codifiée.

Les katas KIHON sont donc des formes de base. 3 katas sont référencés dans la pratique de l’Aikibudo, sous ce nom :

Souvent compris comme des figures imposées, les Kihon sont beaucoup plus que cela. Ils sont là pour rassembler en une forme technique unique tous les principes fondamentaux qui définissent l’Aikibudo.
En fait leur création qui date du début des années 1980 correspond à trois objectifs : normalisation de la pratique, définition de la forme Aïkibudo, création d’un outil pédagogique.

slide9

Les katas figurent dans les programmes d’examen de grade depuis novembre 1983 pour le 1er et le 2ème Dan. En outre, s’ils ne constituent pas tout le contenu de l’examen, ils en sont un élément essentiel. Si une pratique faible sur certains points de l’examen peut éventuellement être rattrapée par une meilleure performance sur d’autres points, il est en revanche éliminatoire d’être insuffisant sur les Kihon.

Tous les paramètres qui constituent le fondement de l’Aikibudo sont intégrés dans les katas Kihon qui deviennent alors un vecteur de diffusion de la forme aikibudo au sein du groupe, quelque soit le nombre de relais qui s’intercalent entre le maître fondateur et le pratiquant d’un dojo de province, ou d’un pays lointain.

Les gardes, les distances, les attaques, les dégagements, les éducatifs, les déplacements, le placement, les temps de réaction, les techniques de base, la progression technique et pédagogique, tout ceci figure soit de façon claire soit en filigrane dans les Kihon. Bien plus, cet outil fournit au pratiquant un ensemble de clés, d’outils qui lui permet d’aller plus loin dans sa pratique par la compréhension des principes et leur utilisation dans d’autres circonstances.
On le constate donc, les katas Kihon sont une source d’enseignement, un concentré d’Aïkibudo.